Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie appelée la Magdaléenne (Marie, Marie-Madeleine)

Marie appelée la Magdaléenne (Marie, Marie-Madeleine)

Site historique consacré à Marie, surnommée "la Magdaléenne" (alias Marie de Magdala, alias Marie-Madeleine)

Marie de Clopas est-elle la mère de Jésus ?

Recommended Book on Academia / Livre recommandé sur Academia

English version

Click below

Marie de Clopas (Vitrail, Grace Church, New York)

XVI

Marie de Magdala ou « l’autre Marie » ?

Extrait de : Thierry Murcia, Marie-Madeleine : l’insoupçonnable vérité ou Pourquoi Marie-Madeleine ne peut pas avoir été la femme de Jésus, Propos recueillis par Nicolas Koberich[1], La Vie des Classiques (éditions les Belles Lettres), 2017, p. 38-40.

 

-          Mais pourquoi « l’autre Marie », la mère de Jacques et Joses, ne pourrait-elle pas être la mère de Jésus ? Après tout, elle aussi est présente à tous les moments-clés !

-          C’est vrai. Mais pourquoi, chez Jean, le Ressuscité ne se manifeste-t-il qu’à la seule Marie de Magdala ?

-          Je l’ignore... Mais Jacques et Joses ne sont-ils pas justement présentés ailleurs, dans l’évangile, comme étant deux des « frères » de Jésus ?

-          C’est exact mais le mot « frère » est à prendre au sens large.

-          Vous voulez dire des « disciples » alors ? Mais n’aviez pas justement dit que…

-          Non, non. Il ne s’agit ni de « frères spirituels » ni de frères au sens strict. Il faut remonter ici au substrat sémitique : Jacques et Joses sont des parents de Jésus.

-          Vous voulez dire des cousins ? Je connais cette théorie.

-          C’est surtout l’explication la plus vraisemblable.

-          Pourquoi ?

-          Il paraît évident que si cette Marie avait été la mère de Jésus, les évangélistes ne l’auraient certainement pas caractérisée de façon indirecte comme étant la mère de « Jacques » et de « Joses ». Dans les récits de la Passion, de l’ensevelissement et de la visite au tombeau, ils l’auraient nécessairement désignée comme étant sa propre mère – non celle de ses frères.

-          Ça semble logique…

-          D’ailleurs, la formulation « Marie, mère de Jacques et de Joses » est significative. Elle désigne clairement Jacques comme étant l’aîné, Joses comme étant le puîné. En outre, Matthieu, lui, ne l’aurait certainement pas nommée : « l’autre Marie ».

-          Pourquoi ?

-          Il est bien évident, pour l’évangéliste, qu’elle ne peut être « l’autre Marie » que par rapport à « Marie » ! Des désignations aussi variées que « l’autre Marie », « Marie, la mère de Jacques et de Joses », « Marie, celle de Jacques », « Marie celle de Joses », « Marie de Clopas »… ne sont précisément là que pour établir une distinction entre cette femme et la mère de Jésus. Elles servent à désigner celle qui n’est pas la mère de Jésus.

-          « L’autre Marie » et Marie de Clopas sont donc bien une seule et même femme ?

-          Oui. Il s’agit de la belle-sœur de Marie. Marie n’a qu’un seul fils tandis qu’elle en a quatre : Jacques, Joses, Simon et Jude. Remarquez bien qu’elle est toujours citée en seconde position dans les évangiles, soit après Marie de Magdala, soit après la mère de Jésus. Ce ne peut donc être, pour des raisons de préséance, la mère de Jésus.

-          Mais cette « autre Marie » est toujours présentée en compagnie de Marie de Magdala, non en compagnie de la mère de Jésus !

-          Je reprends… L’expression « l’autre Marie », utilisée par Matthieu, laisse clairement entendre qu’il n’y a, en tout et pour tout – du moins lors de la Passion et de la visite au tombeau – que deux femmes nommées Marie : la première, « l’une », par rapport à la seconde, « l’autre ».

-          Et donc ?

-          Donc : deux Marie seulement et non pas trois.

-          D’accord…

-          Et comme nous connaissons l’identité de la seconde – il s’agit de la tante de Jésus – la première est forcément sa mère. Or comment est nommée, dans le récit, cette figure féminine toujours citée en premier dans les évangiles synoptiques et qu’il ne faut surtout pas confondre avec « l’autre Marie » parce qu’elle s’appelle elle aussi « Marie » ?

-          Marie de Magdala ?

-          Exactement !  

 

[1] Docteur ès Lettres et écrivain.

La suite sur Overblog

Lien ci-dessous

Livre complet consultable et téléchargeable gratuitement sur Academia

Lien ci-dessous

Voir également :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article