Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie appelée la Magdaléenne (Marie, Marie-Madeleine)

Marie appelée la Magdaléenne (Marie, Marie-Madeleine)

Site historique consacré à Marie, surnommée "la Magdaléenne" (alias Marie de Magdala, alias Marie-Madeleine)

Marie-Madeleine enceinte de Jésus ? (3e volet)

Marie-Madeleine pénitente (Francesco Hayez, 1825 ?)

Marie-Madeleine enceinte de Jésus ? (1er volet)

Marie-Madeleine ou Marie l’Égyptienne ?

Marie-Madeleine enceinte de Jésus ? (2e volet)

La Vierge Marie, la femme de l’Apocalypse et la femme adultère

Marie-Madeleine enceinte de Jésus ? (3e volet)

Gravide ou opulente ?

 

La question des modèles et des options retenues par l’Artiste

Comme on sait, les canons de beauté évoluent et plusieurs artistes de la Renaissance et postérieurs, tel Rubens, sont connus pour leur prédilection pour les modèles aux formes généreuses et pour la sensualité en général. C’est le cas de Francesco Furini (1600-1646) dont le tableau suivant est présenté sur certains sites internet comme une preuve que Marie-Madeleine était enceinte des œuvres de Jésus. En accentuant la courbe de son ventre, l’artiste, initié supposé, aurait laissé transparaître dans sa toile ce soi-disant secret prétendument dissimulé depuis des siècles par l’église. 

La Maddalena, Francesco Furini (1600-1646)

Nous ne pouvons certes pas exclure la possibilité que le modèle lui-même ait été enceinte. Mais, ne disposant – en l’absence d’échographie – d’aucune certitude, il convient d’abord, en bonne méthode, de resituer l’œuvre de Furini dans son contexte de production. Voici, à titre de comparaison, une autre toile du maître de la même époque mettant également Marie-Madeleine en scène.  

Marie-Madeleine repentante, Francesco Furini (1600-1646)

Examinons à présent, également de la même époque, ce tableau du peintre flamand Anthony van Dyck (1599-1641) intitulé Marie-Madeleine pénitente.

Marie-Madeleine pénitente, Anthony van Dyck (1620-1635)

Du modèle opulent dont s’est servi l’artiste devons-nous en conclure – qu’à défaut d’être enceinte (?) – Marie-Madeleine était particulièrement corpulente ? Sans doute pas.

Pas plus qu’il ne viendrait à l’idée de quiconque de prétendre que les rondeurs des modèles dont s’est servi Rubens – artiste contemporain des deux précédents – ne sont là que pour signifier que les femmes venues rendre un dernier hommage à Jésus étaient également enceintes[1] (à l’exception, peut-être, de Marie-Madeleine, présentée ici de dos, au premier plan, tête découverte et vêtue de rouge !). 


[1] Notez combien les anges aussi sont particulièrement “enrobés”.

 Les saintes femmes au sépulcre (Rubens, c. 1611-1614)

Sur cette autre toile de Rubens, Marie-Madeleine, cheveux lâchés et dévêtue, n’est pas non plus en reste…

Madeleine pénitente (Rubens, c. 1618)

Il faut donc se garder de tirer des conclusions hâtives car, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, un personnage bien portant et au ventre arrondi ne signifie pas forcément que celui-ci porte un enfant. Qu’on en juge par ce tableau de Pieter van Lint, intitulé, Jésus guérissant l’infirme de la piscine de Bethesda, et dont le Jésus au ventre proéminent n’a rien à envier à celui de la Madeleine de Francesco Furini. On devine pourtant ici que l’abdomen en question doit davantage tenir au modèle dont s’est servi l’artiste qu’à celui du Jésus historique… 

Jésus guérissant l’infirme de la piscine de Bethesda (Pieter van Lint, 1640)

Thierry Murcia, PhD,

Avril 2020

Centre Paul-Albert Février (TDMAM-UMR 7297 / Aix-Marseille Université – CNRS)

Cet article vous a plu ? Faites-le connaître.

Vous pouvez également télécharger gratuitement le PDF sur Academia

Marie-Madeleine enceinte de Jésus ? (4e volet)

Pourquoi Marie-Madeleine est-elle parfois représentée enceinte (1/2) :

1) Marie-Madeleine et Jean-Baptiste

Voir également :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article