Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Marie appelée la Magdaléenne (Marie, Marie-Madeleine)

Marie appelée la Magdaléenne (Marie, Marie-Madeleine)

Site historique consacré à Marie, surnommée "la Magdaléenne" (alias Marie de Magdala, alias Marie-Madeleine)

Marie de Magdala et la mère de Jésus

Recommended paper on Academia / Article recommandé sur Academia

 

 

“Marie de Magdala et la mère de Jésus”, dans Revue des Études Tardo-antiques, Supplément 6 (2018-2019), Figures du premier Christianisme : Jésus appelé Christ, Jacques “frère du Seigneur”, Marie dite Madeleine et quelques autres (Textes de la session scientifique THAT, Paris-Sorbonne, 3 février 2018), p. 47-69.

SOMMAIRE

 

Avant que la tradition latine ne fasse de Marie de Magdala une ancienne prostituée, une ancienne tradition syriaque – apparemment la plus ancienne – l’avait identifiée à la mère de Jésus. Éphrem de Nisibe (mort en 373) est bien connu pour être un représentant de cette tradition. Mais on en trouve également la trace chez d’autres Pères de l’Église (parmi lesquels Épiphane de Salamine, Théodoret de Cyr, Jacob de Sarug, Romanos le Mélode), dans nombre d’écrits chrétiens (de langue syriaque, copte, grecque et même latine), dans des apocryphes, dans des écrits gnostiques ou assimilés et même dans le Talmud de Babylone. Ces textes transmettent la tradition que l’auteur de cet article a appelée « diatessarique » : une tradition principalement connue et transmise par les auteurs qui utilisaient le Diatessaron, une harmonie syriaque des évangiles traditionnellement attribuée à Tatien (vers 170). Selon l’auteur, cette tradition trouve sa source dans les évangiles, où Marie de Magdala et la mère de Jésus ne sont jamais présentes simultanément, à une exception près semble-t-il, en Jn 19, 25. Mais, toujours selon l’auteur, Jean ne mentionne ici que deux femmes : il les présente, puis il les nomme, selon un ordre inversé, en chiasme (schéma classique de type a.b.b.a).

 

SUMMARY

 

Before Roman tradition made Mary of Magdala into a former prostitute, an ancient Syriac tradition – seemingly the more ancient one – identified her as the mother of Jesus. Ephrem the Syrian (died in 373 C.E.) is well known to be a representative of this tradition. But traces are also found in several other Fathers of the Church’s writings (e.g. Epiphanius of Salamis, Theodoret of Cyrus, Jacob of Sarug, Romanos the Melodist), in various christian writings (in Syriac, Coptic, Greek and even Latin), in the Apocrypha, in the gnostic writings or assimilated texts and even in the Talmud of Babylon. These texts convey the tradition the author of this article has called “diatessaric” : a tradition principally known and transmitted by authors who used the Diatessaron, a Syriac Harmony of the Four Gospels traditionally attributed to Tatian (ca. 170). According to the author, this tradition is rooted in the Gospels, where Mary of Magdala and the Mother of Jesus are never presented simultaneously, with the sole exception of John 19:25. But, in his opinion, John only mentions two women here: he presents them, then he names them, but in reverse order as it is a chiasmus (of the classic scheme a.b.b.a).

Article consultable et téléchargeable gratuitement sur Academia

Lien ci-dessous

Voir également :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article